26.5.19

Emmanuelle MESSIKA le 31 mai 2019


Les dessins à l’encre sur papier se construisent au fur et à mesure et font séries. 
Ils se caractérisent par des types de motifs abstraits qui se rencontrent et qui, traités avec différent outils (plumes et pinceaux parfois cire et pastels gras) se complètent.
Ces combinaisons colorées évoluent au fil du temps entre impulsion et application. L’humeur qui les constitue n’est pas égale.
Elles s’inscrivent dans un quotidien qui jongle avec l’accident, la réserve et  la minutie.
Les éléments figuratifs peuvent surgir et jouer avec un répertoire de signes.
La répétition de motifs permet de préciser une forme dans la lenteur et developper son enchevêtrement au fil du temps.
Parfois l’évolution se précise dans un changement de tonalités, déclinaison de suites de couleurs à la manière inéluctable de la fuite des saisons.


                 Le site d'Emmanuelle MESSIKA ici
             


19.5.19

Philippe BLUZOT le 24 mai 2019


Je développe une peinture du quotidien, du banal, où des instants de vie sont saisis.
Lieux de vie, quartier, scènes intimistes, portraits de familiers etc…font partie des petits événements, voire non événement de la vie quotidienne, qui suscitent en moi le désir de construire, d’élaborer une peinture et d’en tirer l’émotion, la sensation que j’en ai eu.

Il m’intéresse d’aborder mon sujet dans son évidence, son état brut, ne cherchant pas à l’enjoliver, le farder par des effets superficiels, mais, il m’importe plutôt de m’en tenir à son existence effective, à sa prose.

         Le site de Philippe BLUZOT ici, son Instagram
                   
                        Son Hublot du soir

13.5.19

Francesc BORDAS le 17 mai 2019

Evocation de certains traits nets - blancs ou clairs ou très marqués - sur un fond noir, comme des fissures, des fentes entre les lames d'un store.
Comme une nécessité de filtrer la lumière, alors qu’en réalité, il s’agit simplement du contraste de la couleur et du noir.
Toujours cette obsession de la lumière !
Extrait de “ Le trait et l’air "
Notes pour Francesc Bordas de Joaquim Sala Sanahuja  (2013) 





                   Le site de Francesc Bordas ici
                     
                         Son Hublot du soir

5.5.19

Anne BERTOIN le 10 mai 2019


Mon travail est fondé sur l'improvisation. J'utilise les hasards de la matière picturale pour créer un réseau abstrait de taches, de coulures et d'éclaboussures, réseau dont émergent des espaces, des paysages psychiques .
Ayant vécu une vingtaine d'années au Canada après des études aux Beaux-arts de Paris, j’ai utilisé la gestualité de l’abstraction lyrique pour travailler sur de grands formats ce côté "pulsionnel", proche de l'expressionnisme abstrait américain. En effet, l’alternance de destruction de l'image (par de nouvelles éclaboussures, glacis...) et de construction de celle-ci (figuration imaginaire) a défini peu à peu des espaces inconscients, à la fois cohérents et hybrides, porteurs de plusieurs " mémoires", de plusieurs lieux.
Ce sont souvent des paysages « post-apocalyptiques » qui se sont manifestés. Ils semblent être les témoins de désastres à l'origine incertaine (entropie, guerres, catastrophes écologiques?). 
Depuis quelques années, des formes humaines "re-colonisent" ces espaces, inscrivant une narration individuelle et la possibilité d'une survie au coeur de l’histoire collective.



                    Le site de Anne BERTOIN ici
                         Son Hublot du soir