2.7.22

Gorgo PATAGAÏE du 08 juillet au 09 septembre 2022

Exposition GORGO DANS LE HUBLOT

Premier épisode (juillet) : LE MYSTÈRE DU POLYÈDRE ÉTOILÉ

Deuxième épisode (août) : L’OREILLE COUPÉE

Après une exploration de l’univers pataphysique des polyèdres voici une tentative de restitution de couverture imaginaire d’album BD fictif et donc parfaitement introuvable. Cette illustration s’inscrit dans une série ludique et très distanciée où certains croiront reconnaître l’œuvre d’Hergé comme d’autres pouvaient discerner dans le visage de Bécassine le prototype de Tintin. Nous sommes donc ici dans le pur registre du détournement du pastiche et du clin d’œil, entre référence et révérence.

Ce travail propose autant une réflexion sur la question épineuse du plagiat qu’un hommage à une œuvre très inspirante en même temps qu’elle fut très inspirée. La question de la création ex nihilo est redoutable et l’on s’aperçoit bien souvent que tout se nourrit de tout et réciproquement.

Il va de soi que toute ressemblance avec des lieux, des personnages réels ou fictifs ou bien encore une œuvre dont la notoriété est universellement établie - et juridiquement fort protégée - ne saurait être que fortuite puisque tout y est changé, transformé, métamorphosé, transfiguré, modifié, transmuté ...

Gorgo,

fabricant d’images artisanales à base de pixels naturels & pataphysicien


                   Le site de Gorgo PATAGAÏE ici
                          Son Instagram


17.6.22

Françoise ROY du 24 juin au 08 juillet 2022

Je ne sais pourquoi 

[…] 

Mouette à l'essor mélancolique,

Elle suit la vague, ma pensée,

À tous les vents du ciel balancée,

Et biaisant quand la marée oblique

Mouette à l'essor mélancolique.

[…] 

 

 Paul Verlaine

Le poème "Je ne sais pourquoi" fait partie du recueil "Sagesse" publié en 1881.



Le site de Françoise ROY ici
Son Instagram

Son Hublot de 21h20





3.6.22

Eric CITERNE du 10 au 24 juin 2022

 Si la thématique des vestiges inspire parfois une certaine mélancolie, elle confère aussi une valeur mémorielle ainsi que politique aux ruines. Les humanistes de la Renaissance, en particulier, faisaient déjà de la ruine un avertissement de lHistoire. Ce qui est une leçon adressée au présent, par limpression de déclin quelle suscite, le signe de la vertigineuse décadence dun passé glorieux et révolu, l'incarnation du triomphe du temps sur lœuvre des hommes. 

 

C’est le fondement de mon travail actuel, questionner la trace que nous laissons, et par conséquent celles que nous léguerons aux générations futures.



Le site de Eric CITERNE ici
Son Instagram

Son HUBLOT de 22H35

21.5.22

Daniela QUILICI du 27 mai au 10 juin 2022

Mouvement précis entre eaux colorées, gestes du pinceau mouillé, sur papier coton, taches prolongées aux formes ouvertes, qui dans le vide donnent des limites au blanc. Des volumes semblables à la vie, différents de l’univoque.

L'attention dans le geste, avance au maximum dans la subtilité. Il vous indique quand vous arrêter. Ou lorsque vous faites défiler sur un autre fond blanc, recommencez.

Son dessin se déroule dans des contours pigmentés dilués, des superpositions chaudes ou froides, des traits sûrs qui étirent la couleur. Attrapez le fond de la scène. Imprévisible mais sûr, comme l'air, son dessin apparaît derrière la tache. Il réapparaît dans le milieu tridimensionnel, saisissable, mijoté et puissant.

Ses formes mutent, suggèrent à l'œil, esquissent de nouvelles idées jusqu'à ce qu'elles soient finalement modélisées en 3D par sa main franche formée à l'atelier, qui pétrit l'argile blanche jusqu'à la transformer en tentacules et sensations.

Chaque sinuosité conduit à un autre point, les pores ou les rugosités continuent de renvoyer à la vie, des formes mobiles en haute mer, dans le cosmos ou dans un microscope. Ils envahissent comme l'air, ils pénètrent l'imaginaire ou débordent dans les fluides, ils se renferment dans les soupirs délicats, ou érotiques.

Comme des cendres, leurs textures apparaissent en bouffées de fumée; modèle des corps qui étaient des formes imaginaires, des êtres éphémères qui paraissent statiques et fragiles, susceptibles d'accidents, vulnérables comme un souffle, mémorables dans des manières qui renvoient au vivant.

                                                                                                                            Monica Santander


Le site de Daniela QUILICI ici
Son instagram

Le Hublot de 21h59



Daniela QUILICI expose :