25.10.20


En attendant les beaux jours...
Une œuvre d'artiste exposée, sans l'artiste, sans vernissage, mais une œuvre toujours présente et renouvelée chaque vendredi dans le Hublot.

Emmanuelle BOLLACK du 30 octobre au 06 novembre 2020

 


                Le site de Emmanuelle Bollack ici

21.10.20

Lorraine PELLEGRINI du 23 au 30 octobre 2020


Le mot peut-il rassurer, assurer la chose ?
Je dois appeler la chose par son nom: ARBRE, qui ne dit pas tout du dessin d'un arbre et pourrait s'étendre infiniment ou se couper.
C'est autour du mot ARBRE que l'imaginaire d'une représentation picturale s'enroule.
"La Cerisaie", "En attendant Godot", "Strange Fruit" : un arbre, trois scènes, une chanson, l'attente de ce qui n'est pas.
Voilà ce mot ARBRE et les mots de trois textes qui trament destins sur destins et constituent le tissu ou se greffent les traits et les formes de mon travail.
Lorraine Pellegrini


                         Son Hublot du soir















3.10.20

Klervi BOURSEUL le 09 octobre 2020


Les encres et gravures de Klervi Bourseul évoquent un univers hybride entre l'homme et l'animal, entre le rêve et la réalité. A travers des silhouettes fantomatiques, l'utilisation de la transparence associée à des touches de peinture épaisse, se crée un dialogue entre l'étrange 
et le séduisant. 
L'artiste provoque des renversements, oppose des éléments, crée des couples improbables. Les thématiques, centrées autour du vivant: la nature, la figure animale, la figure humaine, véhiculent avec elles leurs symboliques. 
Celles ci, une fois couchées sur le papier se métamorphosent encore pour révéler un autre monde. Le geste de peindre, graver ou dessiner cherchant sans cesse à exprimer l'inconscient. On peut discerner ici un oiseau, un insecte ou encore une figure humaine. Ces éléments figuratifs ne sont pourtant pas là pour nous narrer une histoire mais plutôt pour évoquer chez le spectateur, à travers leurs croisements, la part d'ombre, de doute et de questionnement inhérents à notre existence, manière d'évoquer la vanité humaine comme le faisaient les peintres flamands au 17ème siècle 




Les réalisations de Klervi Bourseul sont instinctives, souvent sans croquis préalable, mais dans un rapport étroit au corps, du geste avec la matière qu'elle travaille. L'élaboration de son œuvre se fait par collage, composition et recomposition, dans le plaisir de peindre, de graver, de jouer avec le hasard, à la manière des surréalistes et de l'écriture automatique.
Nathalie Petit

                  Le site de Klervi Bourseul ici
                    Le Hublot du 09 octobre 2020
                    Le Hublot du 16 octobre 2020




20.9.20

Nathalie BEKHOUCHE le 25 septembre 2020

Mon travail interroge le lien qui existe entre une matière, ses capacités plastiques et les questionnements spécifiques qu'elle soulève. Simplement, il tente d'exploiter la portée symbolique, historique, géographique et linguistique des gestes, des savoir faire et des matériaux textiles. Le tissage n'est plus simplement une action de construction formelle mais devient une manière de penser et de construire, à part entière. L'univers si spécifique des textiles offre un vaste champ de recherche formel et poétique. Il semble restreint mais aborde finalement de manière subtile certains concepts généraux telles que la transmission, l'industrialisation, la colonisation, la consommation, la mondialisation...

Mon travail tente de mettre en lumière ce qui unit subtilement les techniques, matériaux et objets textiles avec leur environnement passé et présent.

Au Hublot...

Le geste de détissage semble aussi absurde que technique. Paradoxalement, celui-ci permet de faire resurgir la structure, la souplesse, la fragilité et la force des matières textiles. La frontière qui oppose l'art de l'artisanat, l'utile de l'inutile et le construit du détruit est ainsi remise en question. Rehaussé sur la structure d'une lanterne, le tissu détissé tente quant à lui, de mettre en lumière le lien qui existe entre les matières textiles, leur savoir faire, leur histoire et l'océan.

                         Son Instagram ici
                         Son Hublot du soir

                        


6.9.20

Marie-Jeanne CAPRASSE le 11 septembre 2020

Au cœur d’un dialogue ouvert entre abstraction et figuration, la peinture de Marie-Jeanne Caprasse définit les termes d’un réalisme libre, qui brise l’objectivité de la représentation par la réinterprétation vibrante de ses modèles. Concevant ses portraits comme des paysages, et réciproquement, elle prend des photographies collectées au fil des ans pour points de départ d’un naturalisme fantasmagorique, dominé par un sentiment d’étrangeté. {…}
La confusion de l’humain et du végétal donne lieu à des paysages possiblement anthropomorphiques, résolument ancrés dans un « exotisme », compris au sens d’esthétisation de l’extranéité. Avec la série Reality (2013-15), les plantes tropicales (palmiers) ou des déserts (yucca) côtoient ainsi cyprès, pins et champignons dans des décors de fantaisie, délestés de toute marque temporelle. Autres paysages et paysages de l’autre, ils sont représentés dans la prolifération, le rhizomatique, l’entrelacement et le foisonnement, déployant une organicité folle et autonome. Des forêts qui composent des bouquets géants aux plantes mutantes où les végétaux entremêlés dessinent un labyrinthe naturel comme métaphore des circonvolutions et des plis de l’appareil psychique.

Florian Gaité, Marie-Jeanne Caprasse, (Dé)Figurer l’étrange (extraits), mars 2016
               Le site de Marie-Jeanne Caprasse ici 


                         Son Hublot du soir



2.7.20

Camille d'ALENÇON du 03 juillet au 11 septembre 2020

Toujours pas de vernissage mais un "finissage" public 
                          le 04 septembre 2020

Née à Paris en 1985, Camille d'Alençon sort diplômée en sculpture appliquée aux matériaux de synthèse de l’École Olivier de Serre en 2006 et en image imprimée des Arts-Décoratifs en 2009.
Camille d'Alençon développe en autodidacte sa technique de peinture à l'huile en réalisant des portraits, après s'être familiarisée avec de nombreuses techniques de gravure, de sculpture et de moulage.
L'instantanéité de la peinture lui permet un cheminement d'un sujet à l'autre, elle présente au regardeur des non-lieux comme les toits des villes, le marché de Rungis, le périphérique parisien, des gestes, des postures dans des instants volés.
Voilà comment, entre le fascinant, l'impertinent, l’insolite, le beau, l'étrange, l'improbable, l'on chemine des animaux morts au périphérique.
Être toujours à la limite, provoquer, non pas pour déranger, mais pour dédramatiser. Il y a du beau dans une tête de veau ; tout compte fait !

                 Le site de Camille d'ALENÇON ici
                    Le Hublot du 03 juillet 2020
  Le Hublot du 20 juillet 2020
                     Le Hublot du 14 août 2020
                     Le Hublot du 28 août 2020



Et quelques infos supplémentaires sur l'activité de Camille d'Alençon à venir...


Résidence à l'OpenBach à Paris 13 
du 27 juillet au 2 août

Les paysages urbains seront à l’Espace d'Art Chaillioux 
de Fresnes pour l'exposition «Urbanité» 
du 8 septembre au 24 octobre

Les scènes métropolitaines et les portraits d’extérieur seront au Salon Artcité à Fontenay-sous-Bois  
du 17 septembre au 17 octobre, vernissage le 19 septembre

Les portraits des travailleurs de Rungis 
seront au Salon MacParis au Design Bastille Center du 10 au 15 novembre

27.6.20

Cécile BONDUELLE du 26 juin au 03 juillet 2020

                  Le site de Cécile BONDUELLE ici
            "Domestication" Métal, Bois de bateaux 2020


21.6.20

Malie LETRANGE du 19 au 26 juin 2020

                     Le FB de Malie LETRANGE ici
                  "Le baiser" Pushkar - Rajasthan

13.6.20

Déconfiné : Didier MENCOBONI du 12 au 19 juin 2020

                  Le site de Didier Mencoboni ici
                          Encre sur papier

6.6.20

Masqué Déconfiné : Françoise ROY du 05 juin 12 juin 2020


                   Le site de Françoise Roy ici
"Le Hublot de Voltaire" acrylique sur toile

30.5.20

Masqué Confiné Déconfiné : Joëlle JOLIVET du 29 mai au 05 juin 2020

Le site de Joëlle Jolivet ici
                         Son Hublot du soir                                           "Freak Parade" bande dessinée 

23.5.20

Masqué Confiné Déconfiné : Valérie DELARUE du 22 au 29 mai 2020


                  Le site de Valérie Delarue ici
                        Son Hublot du soir
                    "Bleu Lagon" grés émaillé 

16.5.20

Masqué Confiné Déconfiné : Valéa DJINN du 15 au 22 mai 2020


Le site de Valéa Djinn ici
         Son Hublot du soir         
"A l'entrée du Printemps" Technique mixte sur papier