2.7.20

Camille d'ALENÇON du 03 juillet au 11 septembre 2020

Toujours pas de vernissage mais un "finissage" public 
                          le 04 septembre 2020

Née à Paris en 1985, Camille d'Alençon sort diplômée en sculpture appliquée aux matériaux de synthèse de l’École Olivier de Serre en 2006 et en image imprimée des Arts-Décoratifs en 2009.
Camille d'Alençon développe en autodidacte sa technique de peinture à l'huile en réalisant des portraits, après s'être familiarisée avec de nombreuses techniques de gravure, de sculpture et de moulage.
L'instantanéité de la peinture lui permet un cheminement d'un sujet à l'autre, elle présente au regardeur des non-lieux comme les toits des villes, le marché de Rungis, le périphérique parisien, des gestes, des postures dans des instants volés.
Voilà comment, entre le fascinant, l'impertinent, l’insolite, le beau, l'étrange, l'improbable, l'on chemine des animaux morts au périphérique.
Être toujours à la limite, provoquer, non pas pour déranger, mais pour dédramatiser. Il y a du beau dans une tête de veau ; tout compte fait !

                 Le site de Camille d'ALENÇON ici
                        Son Hublot du soir

Et quelques infos supplémentaires sur l'activité de Camille d'Alençon à venir...


Résidence à l'OpenBach à Paris 13 
du 27 juillet au 2 août

Les paysages urbains seront à l’Espace d'Art Chaillioux 
de Fresnes pour l'exposition «Urbanité» 
du 8 septembre au 24 octobre

Les scènes métropolitaines et les portraits d’extérieur seront au Salon Artcité à Fontenay-sous-Bois  
du 17 septembre au 17 octobre, vernissage le 19 septembre

Les portraits des travailleurs de Rungis 
seront au Salon MacParis au Design Bastille Center du 10 au 15 novembre

27.6.20

Cécile BONDUELLE du 26 juin au 03 juillet 2020

                  Le site de Cécile BONDUELLE ici
            "Domestication" Métal, Bois de bateaux 2020


21.6.20

Malie LETRANGE du 19 au 26 juin 2020

                     Le FB de Malie LETRANGE ici
                  "Le baiser" Pushkar - Rajasthan

13.6.20

Déconfiné : Didier MENCOBONI du 12 au 19 juin 2020

                  Le site de Didier Mencoboni ici
                          Encre sur papier

6.6.20

Masqué Déconfiné : Françoise ROY du 05 juin 12 juin 2020


                   Le site de Françoise Roy ici
"Le Hublot de Voltaire" acrylique sur toile

30.5.20

Masqué Confiné Déconfiné : Joëlle JOLIVET du 29 mai au 05 juin 2020

Le site de Joëlle Jolivet ici
                         Son Hublot du soir                                           "Freak Parade" bande dessinée 

23.5.20

Masqué Confiné Déconfiné : Valérie DELARUE du 22 au 29 mai 2020


                  Le site de Valérie Delarue ici
                        Son Hublot du soir
                    "Bleu Lagon" grés émaillé 

16.5.20

Masqué Confiné Déconfiné : Valéa DJINN du 15 au 22 mai 2020


Le site de Valéa Djinn ici
         Son Hublot du soir         
"A l'entrée du Printemps" Technique mixte sur papier

10.5.20

Masqué Confiné : Laurent BERMAN du 08 au 15 mai 2020

                   Le site de Laurent Berman ici
                                                         Son Hublot du soir
         "Brocante" dessin sur canson / crayons de couleurs

3.5.20

Masqué Confiné : Gilles MONGE du 1er au 08 mai 2020

                    Le site de Gilles Monge ici
                                     Son Hublot du soir
   "Les Nouvelles Galaxies" verre soufflé / aquarelle sur papier

29.2.20

Philippe GUILLEMET du 06 au 20 mars 2020

Confronté très jeune à l’art du dessin, Philippe Guillemet va s'initier à la peinture, à la fresque et au vitrail avant de fréquenter l' École des Beaux-Arts, où il rencontre la sculpture et la technique du bronze.
Dés lors, il exerce le métier de sculpteur, aujourd’hui à la retraite. 
Il enseigna, durant de nombreuses années les Arts plastiques et l'Histoire de l'Art à l'École Spéciale d'Architecture à Paris.
Artiste passionné et ouvert, ses domaines d’intervention ne se limitent pas à la recherche pure, mais engagent un dialogue constant avec l’architecture, la nature, le mobilier et, plus récemment la lutherie.
Son œuvre multiple, le plus souvent figurative et empreinte de minimalisme, s’exprime par aphorismes, dont la concision et l’ironie sous-jacente invitent le spectateur à la réflexion.
Au-delà des galeries et salons qu'il fréquente périodiquement, la commande publique
et diverses initiatives privées et/ou médiatiques sont la part dominante de ses occupations.



Le samedi 07 mars 2020 à partir de 14 h, la Compagnie des Œillets expose au C33,
33 rue Raspail à Ivry des dessins au fusain de Philippe Guillemet.
A 16 h30 rencontre avec l’artiste.




            Le site de Philippe Guillemet ici ,son FB
                         Son Hublot du soir


15.2.20

Nicola BONESSA du 21 février au 06 mars 2020


Ca commence par le choix du format, souvent à l’origine d’une série.
Une tâche, une couleur, le choix du pinceau.
Une action entraîne la suivante.
C'est une opération simple, je navigue à vue.
Les strates s'accumulent, occultent ou révèlent.
La peinture déborde, d'une toile à une autre, logique d'ensemble.
Les tableaux reposent, puis sont repris séance après séance.
C’est une question de temps.
Je cherche un équilibre fragile, entre action et non-action.
Je veux me surprendre encore une fois.
Espace, geste, rythme, couleur.
Le processus prend fin de lui-même, parfois comme une évidence.
C’est un voyage suspendu, une belle  illusion.
                   Le site de Nicola Bonessa ici
                        Son Hublot du soir 



1.2.20

Lionel TRÉBOIT du 07 au 21 février 2020


« En créant dans ma peinture un dialogue entre l’architecture et l’environnement urbain, je questionne notre rapport au réel tout en invitant à voir au-delà ».
Le paysage urbain est le sujet récurrent de la peinture de Lionel Tréboit car il reflète directement notre expérience du quotidien. Le café, la sortie du métro, la station de bus et l'espace muséal, sont les sujets qu’il privilégie pour révéler une autre réalité. Sa démarche consiste à transcender la réalité urbaine et à mettre à jour « une poétique de la ville ». Suivant les jeux de lumière, l’image semble tantôt surgir, tantôt se dissoudre.
En effet, ses tableaux jouent avec « l’impression première d’une image qui paraît évidente, mais dont l’évidence s’estompe lorsque le regard plonge dans l’œuvre ». Espace urbain et figures humaines lui inspirent de nouveaux agencements de la réalité. Conçue à partir de la photographie et du dessin, la peinture de Lionel Tréboit reflète une symbiose entre réel et imaginaire.


                   Le site de Lionel Tréboit ici
                         Son Hublot du soir

19.1.20

Indra MILO du 24 janvier au 07 février 2020


Je crois que toujours, partout, à toutes les échelles, « il y a ».
Qu’il y a une saturation de présences, que l’espace qui nous entoure est cette saturation. Je perçois des présences.
Je ne sais pas en déterminer la nature, mais mon intuition est qu’elles doivent être très changeantes, qu’elles peuvent être subtiles, comme très «épaisses».
Aussi, à l’intérieur de ce que nous identifions comme «forme», je vois un champ de possibles, le monde vivant, toujours en mouvement.
En sculpture ce que je cherche c’est d’incarner et de révéler ces présences.

Je passe par l’Animal, car il y a ce débordement joyeux de la forme animale quand elle se déploie, et que je vis également lorsque je taille le bois.
Et dans le chêne, la rencontre est si vive, et si grave, tellement animale.

                    Le site de Indra MILO ici

                         Son Hublot du soir



4.1.20

Ghislaine ESCANDE du 10 au 24 janvier 2020


Depuis de longues années, je m’intéresse au paysage planétaire et aux figures du monde.
J’en propose de nouvelles lectures grâce, notamment, à l’utilisation de cartes en tout genre.
Après la terre et la mer, l’espace dans un travail beaucoup plus libre.
Pour ces espaces inconnus, pour ces objets cosmiques, ces (exo) planètes encore irreprésentables, juste repérées, 
on demande à des artistes de proposer à la vue des images que l’on appellera « vues d’artistes ». 
Vues peu probables, mais qui sait ?
Les miennes, uniquement issues de mon imagination, ouvertes à la rêverie et à toutes sortes de voyages 
sont à voir de l’autre côté du Hublot.
Elles appartiennent à une galaxie nommée Cosmos A52 dont j’ai commencé l’exploration lors de mon voyage 
avec l'opération Gagarine en septembre 2019.


            Les sites de Ghislaine Escande ici et

                         Son Hublot du soir