15.10.18

Filip MIRAZOVIC du 19 octobre au 09 novembre 2018


Filip Mirazovic s’inscrit dans la lignée des maîtres anciens par l’usage de la figuration et de la narration. Il se réfère à l’imagerie du passé (paysage allégorique, scène de genre) à laquelle il associe des éléments du présent (transports, cinéma, industrie, énergie). Il réalise des tableaux représentant des paysages et des scènes d’intérieur. Ses compositions aux sujets plutôt sombres traduisent le regard acerbe qu’il porte sur les civilisations occidentales.
 Il s’agit ici d’allégories composites et personnelles. Avec des bouts de histoire de l’art, d’histoire personnelle et d’histoire politique et sociale de son pays de naissance - la Yougoslavie ; avec des bouts de comptes de fées et de cartes postales.  Dans cet espace reconstruit, l’irréalisme des échelles souligne la nature éminemment symbolique des objets ; en référence aux productions du Moyen Âge, leur taille se révèle proportionnelle à leur importance.
La démarche engagée de Filip Mirazovic vise à apostropher le conservatisme occidental (notamment dans les sphères du pouvoir économique et politique) et à l’interroger sur l’avenir de notre société.

L’homme et son confort dominent ici clairement la nature qui, néanmoins, commence à se rebeller. En laissant s’immiscer les catastrophes écologiques dans les appartements du pouvoir, l’artiste pointe les fragilités récurrentes de notre système menacé par la persistance de son modèle et de ses élites.
Lauranne Germond




           Le site de la galerie ou expose Filip MIRAZOVIC ici

7.10.18

Johanna PERRET le 12 octobre 2018


Johanna Perret cultive l’ambivalence. Si d’apparence chaque œuvre demeure limpide, leur sujet, en revanche, ne se livre pas au regard qui ferait l’économie d’une étude. Les fleurs empoisonnées, les paysages évanescents de pollution ou l’ornementation de sévices ritualisés, ne trahissent pas à première vue la dualité de leur nature. Qu’elle se trouve dans la forme ou dans le choix de l’image elle constitue pourtant un sujet de réflexion.  

« L’ambivalence » est l’apparition d’un double sens contradictoire mais exprimé et visible. Dans l’analyse elle se distingue clairement de « l’ambiguïté » - qui n’a pas cours ici  car elle implique une confusion du sens. 
Ces images témoignant de notre violence, actuelle ou historique, sanglante ou psychologique, disent la double façon de voir et de penser qui, bien que porteuse d’une contradiction, permet la profondeur où s’agite l’âme humaine. 
                                                                                                                          Hervé Ic - 2017




Le site de Johanna PERRET ici
Son Hublot du soir