17.4.17

Françoise PALLIER, 21 avril 2017


Le travail de Françoise Pallier cherche à donner matière à l'immatériel. L'empreinte de signes ou de visages gravés sur des carreaux de grès ou de porcelaine relatent le silence de la mémoire captée du temps, l'instant d'un songe.
« L'imagination de la matière incline à à voir dans la pâte la matière primitive. Et dès qu'on évoque une primitivité on ouvre au rêve d'innombrables avenues. » 
              Gaston Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté, éditions José Corti 1996.






le site de Françoise ici
son hublot du soir à venir